Maladies des yeux

Solutions aux maladies des yeux

Les maladies oculaires les plus fréquentes sont :

Les cataractes

Les cataractes sont l’opacification d’une « fenêtre » à l’intérieur de l’œil. Elles évoluent habituellement lentement sauf pour certains types. Lorsque les cataractes nuisent à la vision, la décision du moment de procéder à l’opération est prise par le patient, à moins que la chirurgie doive être faite tôt pour éviter des complications post-opératoires. La Clinique des Yeux de Laval s’occupe de la référence en ophtalmologie et des suivis post-opératoires.

Après l’opération, il est nécessaire de mettre des gouttes antibiotiques et anti-inflammatoires pour aider la guérison de l’œil. Ces gouttes doivent être mises à tous les jours pour environ un mois. L’optométriste vérifiera la guérison de l’œil au courant de ce mois et pourra réajuster les doses de médicaments au besoin.

Après l’opération, il est nécessaire de mettre des gouttes antibiotiques et anti-inflammatoires pour aider la guérison de l’œil. Ces gouttes doivent être mises à tous les jours pour environ un mois. L’optométriste vérifiera la guérison de l’œil au courant de ce mois et pourra réajuster les doses de médicaments au besoin.

Est-il dangereux de ne pas opérer une cataracte?

À moins d’une cataracte très avancée ou d’une condition qui augmente le risque de la chirurgie avec le temps (cornea guttata ou pseudo-exfoliation), il n’est pas dangereux pour la santé des yeux d’attendre pour faire une opération de cataracte. Ceci étant dit, lorsque la cataracte progresse, la vision s’embrouille tranquillement au point où la vision peut être trop floue pour pouvoir conduire une voiture. Si tel est le cas, il faut faire une chirurgie de cataracte ou arrêter de conduire sa voiture. Un autre point à prendre en considération est que le délai d’attente pour une chirurgie de cataracte est variable selon l’établissement et la région du Québec. Ces délais avoisinent régulièrement une année d’attente de sorte qu’il n’est pas recommandé d’attendre de ne plus être capable de conduire avant de se faire opérer.

Le glaucome

Selon une étude de 2016 faite aux États-Unis, 2% de la population âgée de plus de 40 ans était touchée par le glaucome dont la moitié ne savait pas qu’elle était atteinte[1]. Le glaucome est une maladie sournoise qui passe facilement inaperçu puisqu’elle ne provoque des symptômes que lorsqu’elle est extrêmement avancée. Seule une évaluation par un examen visuel complet permet de la dépister.

Le glaucome est caractérisé par une dégradation du nerf optique, soit le câble qui relie les yeux au cerveau. À long terme, il est possible d’en devenir complètement aveugle lorsque la maladie n’est pas prise en charge. Les facteurs qui augmentent les risques d’avoir la maladie incluent l’histoire familiale de glaucome, être âgé de plus de 40 ans, être de race noire ou hispanique, avoir une hypertension oculaire (haute pression dans les yeux), avoir une hypertension ou une hypotension artérielle, être atteint de l’apnée du sommeil, avoir des migraines ou des spasmes vasculaires (ex : maladie de Raynaud), être fumeur, etc.

À ce jour, nous ne connaissons pas encore tous les mécanismes dans l’œil menant au glaucome. Ce que nous savons cependant, c’est que la pression dans les yeux peut venir abimer le nerf optique (cause mécanique) ainsi qu’un mauvais apport de sang au niveau du nerf optique peut le faire dégénérer (cause vasculaire). Il est possible de ralentir la progression de la maladie à l’aide de gouttes que l’on met dans les yeux tous les jours pour le restant de la vie. Certaines opérations sont également disponibles pour des cas plus avancés ou récalcitrants aux gouttes.

Pour plus d’information voir : https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=glaucome_pm

[1]GUPTA, P et al. Prevalence of glaucoma in the United States : The 2005-2008 National Health and Nutrition Examination Survey. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2016 May 1;57(6):2905–2913.

La dégénérescence maculaire

La dégénérescence maculaire est une maladie qui touche le centre de l’œil (la macula étant la partie de la rétine qui permet de voir les détails). La forme « sèche » se développe lentement, par atrophie des cellules visuelles. Elle se traite par prévention seulement. La forme « humide » se développe plus rapidement suite à une hémorragie à l’intérieur de la macula de votre oeil. Elle se traite habituellement par injection intra-oculaire. Cette dernière doit être faite avant qu’il n’y ait cicatrisation pour éviter une perte visuelle permanente. L’examen complet à l’aide du scanner OCT permet de faire la différence entre les deux formes et d’orienter la prévention et les traitements.